Brindezingues

de Gérard Levoyer

création en mars 2012
mise en scène Samy Cohen
avec Pascale Durand, Frédérique Sayagh et Dominique Ferré 

Timanman était bien vieille c’est donc justice qu’elle laisse la place aux jeunes. Timanman était une vieille carne que même l’équarisseur a refusé de débiter en morceaux. Timanman était vieille, moche et radine au point de pas laisser un picaillon pour son inhumation. C’est donc la fratrie qui va s’occuper de sa dernière heure. La fratrie c’est Fred, la blonde, la shampouineuse qui adule Meg Ryan et se voudrait bien vedette à Hollywood avec Brad Pitt ou Georges Clooney. La fratrie c’est encore Patou, la femme du charcutier, celle qui tient la caisse, taloche ses mômes et s’empiffre de mach mallows. La fratrie c’est enfin Tidom, le demeuré, le fondu de la calebasse, pas complètement fini mais le cœur gros comme ça…enfin non plutôt comme ça…bref il a du cœur et aussi du « sesse » entre les cuisses. Tout ça c’est donc la famille. Pas pire pas meilleure qu’une autre. La famille c’est jamais qu’une maladie qu’on attrape à la naissance et dont on ne guérit jamais. Dimanche ils se réuniront pour disperser les cendres de la vieille et se partager les rogatons qui encombrent la ferme du sol au plafond, de la cave au grenier et du potager au tas de fumier. Un tas, deux tas et le reste pour le demeuré qui n’aura rien à dire. C’est comme ça ! C’est pas Zola, c’est pas Maupassant, c’est pas Folcoche et les Thénardiers, c’est pire. C’est l’esprit de famille. Alors à bientôt pour une bonne lampée de venin et de curare. Et ne leur en voulez pas s’ils vous font rire et pleurer, ce sont de vrais Brindezingues !!!

NOTE D’INTENTION

« Brindezingues est une pièce que j’ai spécialement écrite pour notre trio d’interprètes. Ayant déjà eu le plaisir d’être joué par deux d’entre eux et de les avoir déjà vus à l’œuvre ensemble, j’ai eu envie de les réunir dans une histoire déjantée, drôle et cruelle à la fois, un mélange d’Audiard et d’Ettore Scolla, de Zola et de Yves Gibaud, de Simpsons et de Tontons flingueurs. J’ai d’ailleurs particulièrement soigné les dialogues que j’ai voulus jubilatoires et mordants.
Pendant plusieurs années j’ai travaillé comme éducateur dans un établissement d’handicapés mentaux, c’était un milieu tendre, joyeux, amical et j’en garde un souvenir ému. Aussi ai-je eu envie de mettre au cœur de cette histoire, un de ces garçons doux mais pas finauds qu’on appelle, suivant les régions, l’idiot du village, le bredin, lou ravi, le Jacques. Dans ma pièce c’est TiDom. Pour qu’il y ait une tension dramatique, je l’ai affublé de deux méchantes sœurs, comme celles de Cendrillon, et c’est bien sûr par leur bêtise, leur cupidité et leur égoïsme que le malheur va arriver. Ajoutez-y une poignée d’animaux mal aimés, une défunte encore chaude et un médiocre héritage, et voilà l’aventure qui démarre sur les chapeaux de roue.
Et c’est pas dans Brindezingues que l’histoire se finit par un pot d’amitié sur le zinc. Ah non ! » Gérard Levoyer

Pascale Durand, Frédérique Sayagh, Dominique Ferré

CRITIQUES

– Décapant, poilant et touchant ! –
Cette pièce démontre à merveille que le cynisme est l’élégance du désespoir ! L’humour noir permet de rire de cette histoire terrible et pourtant si humaine, servie par la gouaille d’un trio de comédiens truculents, justes et souvent touchants… Bravo et merci pour ce moment de théâtre décapant, où sous couvert de personnages rustres et grossiers, pointe avec raffinement toute l’ambiguité des sentiments humains.

– Excellent –
Les monstres ! Elles sont « affreuses, sales et méchantes ». Leur langage est à la fois « délicieusement vulgaire » et étonnamment riche. L’écriture est fabuleuse. Vous aurez envie de retrouver ces textes comme ceux d’une oeuvre culte. L’auteur de la pièce gagne à être connu ! Les personnages : grattez un peu cette couche de saleté et de méchanceté superficielle, vous découvrirez des êtres incroyablement touchants. Ils transpirent, ils se débattent, ils se battent pour « arracher un petit morceau de bonheur ». Ils essaient de toute leur force, ils sont beaux. Les comédiens jouent à merveille, avec un naturel déconcertant. Exercice de métamorphose réalisé à la perfection !

– Brindezingues: c’est dingue!!! –
Génial!!! Le jeu des comédiens est excellent! Ils tiennent leur personnages du début à la fin, c’est ce qui fait qu’on y croit tout le temps. Allez y, c’est complétement dingue mais tellement drôle!!! Pour tout vous dire, j’y suis allé vendredi dernier, et j’y retourne surement samedi avec des amis. Bravo aussi au metteur en scène, que je suis depuis quelques temps déjà!!!

– Poilant ! Drôlatique ! –
Le trio d’acteurs est poilant, l’écriture est San-Antoniesque, le scénario rondement mené. Bref, les bonnes pièces sont rares, et donc si vous avez envie de passer un bon moment, je vous conseille celle-ci pour vous dérider un coup. Le théâtre est minuscule, super sympa. Nous avons passé un excellent moment, les acteurs sont géniaux.

Retrouvez plus de critiques : http://www.billetreduc.com/82755/evtcrit.htm?tout=1&tri=&crit=1#crit

article Saint Astier

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s